Aucune image

LE BON SENS AUX ECHECS de Emanuel LASKER

le bon sensEn douze conférences données en 1895, le jeune champion du monde Emanuel Lasker exposa les notions de base du jeu d'échecs. Son succès fut tel qu'on lui demanda d'en faire un livre. Ce premier petit manuel de base, simple, agréable et synthétique, s'adresse aux joueurs amateurs soucieux de s'attaquer à l'étude du jeu d'échecs. Le ton est docte et Lasker passe en revue les idées cachées des principales ouvertures, de l'attaque et de Ia stratégie des finales dans un style précis, concis et logique, sans s'attarder sur la mémorisation des variantes au profit des idées fondamentales.
Depuis un siècle, ce livre n'a pas pris une ride. Les explications logiques de Lasker insufflent au lecteur ce fameux bon sens indispensable pour comprendre le jeu d'échecs et progresser.

Des treize champions du monde de l'histoire du jeu d'échecs, Emanuel Lasker (Berlinchen, 1868, New York, 1941) détient le record de longévité. De 1894 à 1921, personne n'a pu le détrôner. Joueur pragmatique, Lasker croyait que les échecs étaient avant tout un combat entre deux cerveaux. Sur l'échiquier, il appliquait avec une implacable logique ses principes. Ami d'Einstein, Lasker s'intéressait aussi aux sciences et plus particulièrement aux mathématiques. Son approche du jeu, fondée sur le combat adapté à la psychologie de l'adversaire, a marqué des générations de champions.

Doté d'un style éclectique, il savait s'adapter au style de jeu de son partenaire pour le battre, même s'il fallait prendre le risque de perdre la partie. Comme José Raúl Capablanca, qui l'a dépossédé du titre de Champion du monde, il était un très fort joueur de finales. Cela l'a amené à tenir grand compte de la structure de pions dans l'ouverture.